Site d'information de l'association

lundi
21h00-22h30
Gymnase Saint-Exupéry
24 rue Saint-Exupéry
51100 Reims

(ne pas écrire à cette adresse)

mercredi / vendredi
20h00-22h00
Halle Universitaire du
Complexe sportif Géo André

Avenue François Mauriac
51100 Reims
(ne pas écrire à cette adresse)

20/11/2016 Brahim Si Guesmi

afficher dans un format imprimable Page imprimable

Stage avec Brahim Si Guesmi à Reims.

Aidez-vous des glossaires japonais-français.

Dimanche 20 novembre 2016, Reims

Brahim Si Guesmi

Matin

Kata dori men uchi shiho nage

L’attaque men uchi doit être provoquée par un atemi de tori. Ne pas attendre l’attaque.

3 formes de shiho nage :

1) Passage de la nuque sous la saisie : pivoter côté extérieur de la saisie (le point de pivot est l’épaule saisie), regarder derrière soi vers le haut et l’extérieur en baissant la tête et passer la nuque sous la saisie dans un mouvement circulaire. Passer sur l’arrière-bras de l’adversaire et non sous le coude. Rester aussi droit que possible.

2) Utilisation du front : écarter le pied du côté de l’épaule libre pour ouvrir, poser le front sur la main du men uchi de l’adversaire et faire shiho nage en conservant ce contact. Le bras du men uchi de l’adversaire se retrouve “bloqué” pendant le mouvement.

3) Passage sous le bras : commencer comme shiho nage standard mais une fois le mouvement initié, plonger la tête directement sous le bras de l’adversaire qui a saisi notre épaule. Passer d’abord uniquement la tête sous le bras, sans chercher à faire shiho nage avec l’autre bras de l’adversaire. En plongeant ainsi sous l’aisselle de l’adversaire, son bras se retrouve “bloqué” pendant le mouvement comme dans la 2e forme.

Hanmi handachi waza gyaku hanmi katate dori ikkyo

Pivoter et couper verticalement pour faire descendre uke. Pour l’empêcher de se redresser pendant le mouvement ikkyo, reculer le genou du côté saisi en contrôlant de l’autre main le bras de l’adversaire par le dessus, au niveau du coude. Cette main descend ensuite sur le dos de celle de l’adversaire. Terminer par ikkyo normalement.

Sabre à la ceinture (taitô)

Même technique avec sabre à la ceinture. L’assaillant approche de côté (pas de face). Tori donne un atemi une fois à distance. Pour se protéger uke saisit le poignet. C’est le début de gyaku hanmi katate dori. Tori fait descendre l’adversaire à genoux puis fait exactement les mêmes placements et déplacements à genoux que précédemment sans le sabre. Pendant le mouvement, la main saisie par l’adversaire prend la poignée du sabre par dessous (dans le cas contraire l’adversaire peut se redresser) et l’utiliser pour faire ikkyo. Le travail s’effectue à gauche et à droite, mais le sabre reste côté gauche à la ceinture.

Tachi Waza (aïkiken)

Départ à distance courte (les sabres se touchent). Travail étape par étape puis dans le même temps.

1) Shidachi provoque kiri kaeshi de uchidachi.

2) Pour recevoir l’attaque, Shidachi décale en arrière son pied gauche de la longueur d’un pied puis d’un pas complet en arrière avec le pied droit. Il se retrouve en migi hasso no kamae, pied gauche en avant. Le mouvement du sabre du bas vers le haut a permis d’intercepter la coupe (kiri kaeshi) de l’adversaire et l’a légèrement déviée.

3)Uchidachi, sans changer de position (pied gauche en avant), recentre son sabre (hidari seigan no kamae) vers l’adversaire et attend.

4) Shidachi coupe kesa giri et chasse le sabre de l’adversaire. Celui-ci reçoit le choc souplement en ouvrant les hanches vers l’arrière et en relâchant les bras. Il ne change pas de position de pieds. La coupe de shidachi doit descendre jusqu’au sol (ne pas s’arrêter à mi hauteur) et il faut chercher un son doux et agréable lors du contact sur le sabre adverse, pas un son fort et claquant. Couper sur le sabre avec l’idée de couper l’adversaire.

5) Uchidachi riposte immédiatement par une coupe migi kesa giri en travers du buste de shidachi. Ce dernier plie les genoux et chute pour éviter le coup. La coupe kesa giri est la continuation du mouvement d’absorption de l’étape 4. Ne pas faire 2 mouvements séparés.

Après-midi

Tachi Waza (suite)

Reprise du travail en fin de matinée au sabre.

Kata dori men uchi kokyu nage

La forme de kokyu nage habituelle sur cette saisie (pivot extérieur autour de l’épaule saisie et guidage jusqu’au sol du bras qui frappe pour faire chuter) n’est pas facile. Si uke ne chute pas, tori se retrouve dans une situation désavantageuse. Brahim propose plutôt une forme similaire à celle utilisée sur mae ryo kata dori.

Après avoir provoqué et reçu men uchi, la main libre se place comme pour un atemi au visage puis détourne le coude de l’attaque sur l’extérieur. L’autre main se place sous le coude du bras qui a saisi l’épaule. Ce mouvement fait se retourner et chuter uke. La chute n’est pas poussée par devant (ce qui pourrait permettre à uke de ne pas chuter et “s’enfuir”) mais se fait sur place dans une sorte de vrille du corps. Tori n’avance pas sa jambe arrière.

Même début qu’omote avec rotation des hanches pour laisser passer uke et l’amener à la chute.

Kumijo

Départ hidari no kamae pour les deux adversaires.

1) Nous recevons une attaque hidari jôdan tsuki (estoc au visage) en sortant sur le côté droit (et contre-attaque) avec migi jôdan gaeshi uchi (frappe haute retournée). Nous terminons pied droit devant.

2) L’adversaire ne change pas la position du jo mais change de kamae sur place pour bloquer le coup en permutant la position des mains. Il se retrouve donc pied droit devant. Ce blocage lui permet de décentrer notre jo alors que le sien est bien centré sur nous.

3) L’adversaire fait migi jôdan tsuki direct. Nous esquivons sur notre gauche avec un mouvement hidari gedan ushiro tsuki (pied droit devant).

4) Nous enchaînons avec gyakute uchi sur le poignet droit de l’adversaire. Nous sommes pied gauche devant.

5) L’adversaire retire son poignet avant que le coup aboutisse avec hidari gedan ushiro tsuki.

6) Notre coup tombe dans le vide. On laisse le jo descendre pour faire migi hasso no kamae sans reculer (sur place), suivi de migi gyakute uchi (en avançant). Pour réaliser hasso no kamae, lâcher la main droite (au bout du jo). La pesanteur fait tomber la pointe avant du jo vers le bas, puis dans un mouvement de balancier remonte “tout seul” dans notre main droite. En laissant glisser le jo dans les mains vers le haut et l’arrière, la main gauche arrive à l’extrêmité basse du jo et la main droite au tiers du jo au-dessus. Le jo est vertical, pointé vers le haut, la main droite à hauteur de l’oreille droite. Le coude droit est vers l’arrière, à l’horizontale. À partir de là, faire migi gyakute uchi en avançant le pied droit.

7) L’adversaire était en position de hidari ushiro tsuki. Nous l’attaquons de haut en bas sur sa gauche. Il pare le coup par un ample changement de hanmi sur place (il se retrouve pied gauche devant) en permutant ses mains sur le jo. Notre jo est dévié sur sa droite et notre flanc droit est mis à découvert.

8) Nous sommes de côté par rapport à l’adversaire. Il est placé sur notre droite, Il frappe hidari tsuki sur notre flanc droit.

9) Nous avançons le pied gauche et pivotons sur la droite. Notre jo passe entre les 2 mains de l’adversaire (ne pas regarder le jo, ce qui nous ferait prendre une mauvaise position) et nous faisons une projection avec une forme ikkyo.

Revenir en haut de la page
http://www.reimsaikido.fr
Site conçu et réalisé par Alliance Concept