Introduction à la pratique

Le nouveau pratiquant, en franchissant pour la première fois le seuil d’une salle d’entraînement d’aïkido (dojo), peut se sentir légèrement désorienté. En effet, l’organisation mise en place respecte des règles japonaises traditionnelles qui ne sont pas familières aux occidentaux.

Le Dojo
Le dojo est l’endroit réservé à la pratique des arts martiaux japonais. Ce n’est pas un gymnase où règne le désordre, le bruit et la frénésie. C’est le "lieu où souffle l’esprit du guerrier", où le pratiquant étudie, travaille sur soi et affronte ses propres difficultés. Il faut le considérer à la fois comme une salle d’étude, un temple et un champ de bataille. Cela ne doit pas empêcher la joie et la gaieté de s’exprimer.

Le salut collectif en début et en fin de cours

Le salutLa position assise (à genoux)
La fréquentation du dojo implique l’usage de quelques règles de bienséance. La première de toutes est le salut, exécuté à l’entrée du dojo ainsi qu’à sa sortie (salut individuel), au début et à la fin du cours (salut collectif, voir la photo ci-dessus) et au cours de l’entraînement entre partenaires. Il est une manifestation du respect que le pratiquant doit avoir pour les lieux qu’il fréquente et les personnes qu’il côtoie.

La position assise
La façon traditionnelle de s’assoir au Japon est de se mettre à genoux (photo ci-contre). C’est également la position d’attente qu’utilisent les aïkidokas. Dans le répertoire de l'aïkido, il existe toute une série de techniques de défense qui se réalisent à partir de cette position (photo ci-dessous), en souvenir de l’époque où les guerriers devaient être prêts à tout moment et rester efficaces dans toutes les conditions. C'est surtout devenu un moyen pédagogique pour développer les fondamentaux de l'aïkido : posture, centrage, recherche du déséquilibre, etc.

Projection à partir d'une position assise (à genoux)

Les grades et les ceintures
Il a existé avant guerre un système de grades emprunté aux écoles d’armes traditionnelles mais il a été abandonné au profit du système moderne mis en place par Jigoro Kano, le fondateur du Judo. Cependant, contrairement aux Judokas, les Aïkidokas n’utilisent pas de ceinture de couleur (sauf exception dans certains clubs) mais conservent la ceinture blanche jusqu’à la ceinture noire.

Les premiers degrés de maîtrise sont appelés Kyu, au nombre de six. Le débutant néophyte est "sans grade" (Mu Kyu). Ensuite, les kyu sont attribués dans l’ordre suivant : 6e, 5e, 4e, 3e, 2e et enfin 1er kyu, dernier grade avant la "ceinture noire". Les kyu sont passés à l’intérieur des clubs et leur attribution est laissée sous la responsabilité du professeur local.

Après le 1er kyu, les grades sont passés devant un juri fédéral qui délivre les différents degrés (Dan) de la "ceinture noire" après un examen technique.

Voici les correspondances entre les kyu et les ceintures de couleur utilisées en judo et karaté :

Aïkido Judo/Karaté
Mu-Kyu Sans grade (ceinture blanche)
6e kyu Ceinture blanche
5e kyu Ceinture jaune
4e kyu Ceinture orange
3e kyu Ceinture verte
2e kyu Ceinture bleue
1er kyu Ceinture marron
1er dan Ceinture noire 1er degré
Revenir en haut de la page